ESTRATEGIA IMPERIAL en el ORIENTE por Rashid SHERIF

En 2006, durante la campaña presidencial en EEUU, el retirado General Westley Clarck, ex-jefe de la OTAN durante la fragmentación de la ex-Yugoslavia, reveló los secretos preparativos del Pentágono en 1991 para atacar a siete países africanos y del Oriente en cinco años. Todo estaba listo, sólo les faltaba el pretexto y la oportunidad: demasiada casualidad para ser casual, el ataque a las torres gemelas en Nueva York desencadenó a punto la ofensiva militar en serie primero contra Afganistán, luego Irak, Libia y ahora Siria como parte de aquellos preparativos. La lista contemplaba la invasión a Somalia y Sudan en África, Lebanon e Irán en el Oriente. De paso, se iba a liquidar de una vez al pueblo palestino finalizando el proceso continuo de las expulsiones hacia países vecinos desde hace más de cincuenta años. En cuanto al Lebanon, era preciso para Israel tomar revancha contra el movimiento Hizbollah y la población chiita del sur por su heroica resistencia que humilló al ejército israelí con su pretensión a ser invicto, cuando fue derrotado en el verano 2006.

Intervencionismo de EEUU
El intervencionismo militar de los EEUU con una variedad de pretextos para atacar e invadir otros países forma parte de su larga historia imperial. El gran historiador Howard Zinn lo describió minuciosamente con datos imborrables. Los pretextos abundan según las épocas, desde su largo y obsesivo anticomunismo, la seudo promoción de la democracia, el terrorismo, el narcotráfico y últimamente las desgastadas dictaduras impuestas por décadas a favor de sus intereses. La característica fundamental de estos ataques obedece a principios intangibles: deben dirigirse en contra de un objetivo débil, poco o mal armado, previamente aislado y marginalizado en la escena internacional, demonizado, acusado de crímenes contra su propia población, narcotráfico, terrorismo o posesión de armas de destrucción masiva. El ataque preventivo o sorpresivo a ese blanco es preferible, debe ser masivo y relámpago con el menor número de bajas del lado de las fuerzas invasoras en pocos días. El Estado de Israel comparte la misma doctrina militar, como se ha observado en varias oportunidades con sus aventuras bélicas en contra de los países vecinos de la región desde su criminal participación durante la guerra de Suez en 1956.

La caída de la ex-Unión Soviética ha permitido a los EEUU pretender a la exclusiva hegemonía mundial, al mundo unipolar en el siglo XXI como “siglo americano”, ligado a su proclamación del “fin de la historia”. De alguna manera, se trata de seguir con la guerra fría de otra forma, esta vez dirigida hacia la nueva potencia económica mundial: China. A la vez, se trata de paso impedir la resurrección del poder económico y militar de Rusia.

¿Un Nuevo Oriente a la medida?
La gran ofensiva bélica de los EEUU y sus aliados occidentales, incluyendo a Turquía (¿sub-imperio regional?) como fuerza de la OTAN, su ofensiva en África y el Medio Oriente para el re-diseño imperial de lo que quieren llamar el “Nuevo Gran Oriente Medio” no es más que un puente mayor para cerrar el cerco militar alrededor de Rusia y China, ya en marcha. En su fase actual de decadencia, el imperio de los EEUU carece de su otrora potencia económica y financiera, solo le queda la supremacía de las armas más letales del mundo con las cuales precisamente trata de recuperar su dominación económica y financiera a costa de los países del Sur. De cierta forma, a la luz de las derrotas sufridas a manos de los pueblos y la resistencia en Afganistán y Irak, la persistencia de EEUU en aplicar sus planes guerreros trazados en los años 90 denota una desesperación casi suicidaría. Lo mismo se puede decir de Israel en su afán expansionista en la región, el cual encuentra la determinada resistencia desde hace décadas ya de los pueblos de Palestina, Lebanon y Siria.

La estrategia de EEUU y su apéndice en la región, Israel, se ha aprovechado de la muy arcaica división religiosa de países musulmanes, logrando apoyarse en los sunitas contra los chiitas. El Emir de Qatar junto con los autócratas sauditas han sido artífices de estas componendas. Con este propósito, EEUU y fuerzas de la OTAN han tratado de renovar en parte las viejas estructuras de poder dictatorial en África del Norte y Oriente, las que están muy desgastadas, con los que llaman con el eufemismo “islamistas moderados”, termino vacío repetido a diario por corifeos de la prensa occidental. Es preciso diferenciar el Islam como una fe monoteísta inicialmente basada en la búsqueda de la unidad y la paz con estos anacrónicos islamistas –una vez mercenarios creados por y asalariados de los EEUU en Afganistán; vueltos sus enemigos más tarde antes de someterse de nuevo como sus servidores en Libia y Siria. Su afán de poder y de territorialidad para implantar un sistema seudo-islámico retrogrado pero que sirve los intereses imperiales, los encamina hacia las criminales y abiertas convergencias actuales. Hemos visto como los mercenarios de Al Qaeda se apresuraron por entrar en estas alianzas con tal de garantizar un territorio en Libia, luego ahora al norte de Mali en la espera de mayores recompensas en Siria.

En Siria, precisamente, las fuerzas invasoras occidentales y de Israel por mediación de un conjunto heterogéneo de mercenarios, encuentran una férrea resistencia a la vez que Rusia y China han decidido no incurrir de nuevo en su desastroso papel en Libia. Más de año y medio luego de esta intervención armada con altas perdidas en vidas de los civiles y gran número de refugiados en países fronterizos, ésta nueva agresión contra un país soberano con complicidad de la ONU y su lamentable secretario general, se encuentra en un callejón sin salida para los invasores.
El optimismo beato de los estrategas del Pentágono, pensando realizar sus objetivos de intervención armada impunemente en siete países en solo cinco años, se ha revelado la aventura que muy bien pudiera significar el derrumbe del poder imperial de los EEUU en este siglo XXI para la salvación de la humanidad en su conjunto.

Control de Energías fósiles & vías marítimas estratégicas
El recién descubrimiento a lo largo de las costas de Palestina, Lebanon y Siria de importantes yacimientos de petróleo y gas despertó la codicia de Israel y Turquía junto con las fuerzas imperiales occidentales. De este modo, la intervención armada en Siria se vuelve sobre determinada tanto por objetivos locales en relación con las nuevas fuentes de energías fósiles como por su posición geopolítica, llave de paso hacia Irán (importante productor de petróleo y de gas), país que a su vez representa el puente estratégico para atacar las márgenes vulnerables de Rusia y China en complicidad con las poblaciones locales minoritarias musulmanas sunitas, en rebeldía crónica contra el poder central. Algo así como fue el proceso de desmembramiento de la ex-Yugoslavia; objetivo compartido por los islamistas sunitas en su afán por destruir el Estado-nación a nombre de un vasto territorio sin fronteras abierto a la nueva ofensiva del mercado global neocapitalista.

El nuevo diseño imperial cuya finalidad es regenerar su poderío en decadencia, tiende en asegurar el control casi monopólico de lo que queda de las fuentes de energías fósiles en la región medioriental, a la vez asegurar el control de las rutas marítimas desde y hacia las mismas. Alcanzando estos objetivos, EEUU se convertiría en el supremo árbitro de la distribución de estas fuentes de energía vitales tanto para controlar a sus propios aliados europeos y japonés como para la economía de China. Con tal ambición de dominación global, los EEUU fundamentalmente cuentan con su poderío militar, la sumisión de sus aliados europeos y japonés, como el servilismo obligado de sus clientes autocráticos en el Oriente. Además, con sus bases militares localizadas justo en la triple frontera en Suramérica y ahora en Libia, EEUU se han asegurado desde ya el control de las dos mayores reservas de aguas fósiles a nivel mundial.

¿De quién es el futuro?
Hasta ahora, al cabo de unos 18 meses de intervención armada con varias olas de mercenarios derrotados y con asesores occidentales e israelí, la nueva ofensiva de los EEUU en la región del Medio Oriente está atascada sin que los agresores lleguen a vencer la resistencia del pueblo sirio.

China y Rusia están presentando ésta vez una firme oposición a la ofensiva de la OTAN.
Hasta aquí, se ha intentado un plan para crear un amplio bloque sunita pro-imperialista
para aislar a los chiitas anti-imperialistas con Irán al frente –bloque proyectado desde
Marruecos hasta la frontera turca al norte y el golfo pérsico al este. Este bloque sunita
orquestado por Washington, ya fracasó en Argelia, encuentra una fuerte resistencia en
Túnez, Egipto, Yemen y también en Bahréin con la población chiita lejos de rendirse
frente a las tropas regulares de intervención provenientes de Arabia Saudita, a instigación
de EEUU; y sobre todo repetimos con la resistencia heroica del pueblo sirio.

Por su parte, Irán no deja de sonar la campana de alto peligro para toda la región en caso de intervención militar abierto en Siria como en el caso de Libia. Allí el peligro puede fácilmente trasladarse hasta lo que los EEUU han acostumbrado considerar su traspatio, Sudamérica, donde su voracidad por el petróleo los llevaría a atacar a Venezuela para poder asegurarse la energía suficiente del petróleo para proseguir sus guerras en el Oriente. Lo habían intentado en 2002 con el fallido golpe de estado contra Chávez a la hora de invadir a Irak. La determinación actual de Irán vale tanto para Siria como para Irán mismo, y más allá para Rusia y China. Hoy el peligro acecha a una buena mitad del mundo amenazado por la ofensiva bélica de EEUU y sus aliados europeos. De allí la necesidad imperiosa de recrear en este siglo el equilibrio de las fuerzas mundiales a partir del crecimiento del BRICS a favor de un mundo pluripolar.

En última instancia, como afirmó en su último mensaje radial el Presidente Allende, la historia la hacen los pueblos. En su continua lucha de liberación por la independencia y la soberanía nacional, más temprano que tarde, los pueblos unidos tendrán la última palabra.
Rashid SHERIF
Militante Tunecino & Internacionalista

Publicités

Pequeña gira por America del Sur

Entrevistas con el Dr. Rashid SHERIF en Caracas (enlaces)
Publié le novembre 3, 2012
Entrevista en « Dossier » con Walter Martínez. 24 Julio 2012
___________________________________________________
http://www.aporrea.org/actualidad/n215254.html
Entrevista en vivo por APORREA, Plaza de la Candelaria, Caracas
Agosto 2012
_______________________________________________________
http://librepenicmoncjose.blogspot.com/2012/10/el-mar-mediterraneo-resguardado-por-el.html
_________________________________________________________
Entrevista en el diario El Telégrafo de Quito, Ecuador:
http://www.eltelegrafo.com.ec/index.php?option=com_zoo&task=item&item_id=56589&Itemid=13

Genocidio en Gaza

19 Nov. 2012. Radio CX36 desde Uruguay
LA DECLARACIÓN DEL MERCOSUR “ES CASI SURREALISTA” DIJO PETRAS
“ESTA ES UNA GUERRA IMPLACABLE DEL TERRORISMO ISRAELÍ CONTRA EL PUEBLO PALESTINO”
En Palestina “hay una guerra implacable del terrorismo de Estado. No es una guerra simplemente contra Hamás, eso es una gran mentira. Es una guerra contra el pueblo palestino”, dijo el sociólogo norteamericano James Petras (*) en su columna semanal, en español, de este lunes en CX36 Radio Centenario de Montevideo. “Hoy están usando misiles para desplazar a los palestinos, pero al mismo tiempo, están usando los buldózer –máquinas topadoras- para tomar tierras en la franja occidental. En todo caso, con misiles o buldózeres, Israel está tomando todo el territorio de Palestina para una limpieza completa” agregó. En ese marco afirmó que “Lo que permite esta agresión de Israel es la ofensiva imperialista que como hemos notado empezó el año pasado con la invasión de OTAN contra Libia y ahora contra Siria, y mañana tal vez contra Irán”. He aquí la transcripción íntegra del análisis de James Petras.
Efrain Chury Iribarne: Buenos días James Petras. Bienvenido. ¿Cómo estás?
James Petras: Estamos bien, esperando la llamada de CX36 desde Uruguay para conversar sobre el genocidio de Israel contra los palestinos en Gaza.
EChI: Bien. Me parece muy bien, porque mientras eso sucede y siguen muriendo asesinados niños, mujeres y hombres en Palestina en manos del Estado israelí, del sionismo, en Uruguay el gobierno frenteamplista sigue estrechando lazos con el gobierno israelí. Así que escuchamos tus comentarios.
JP: Bueno. En primera instancia, tenemos cifras preliminares que hablan de más de 93 muertos, la gran mayoría son civiles; hay más de 700 heridos, todos civiles; hay más de mil sitios que están bajo ataque de bombas cayendo a toda hora, con la consiguiente destrucción de infraestructura, destruyendo los centros de prensa internacionales; atacan médicos, enfermeros, a la Cruz Roja musulmana, etc.
Hay una guerra implacable del terrorismo de Estado. No es una guerra simplemente contra Hamás, eso es una gran mentira. Es una guerra contra el pueblo palestino.
La meta está muy clara, el Ministro de Transporte de Israel dijo textualmente que los palestinos deben salir de Palestina e ir al desierto de Sinaí, porque Israel es dueño de todo lo que llaman “Israel Grande”. Y la táctica de terrorismo busca hacer una situación inhóspita, que el pueblo no tenga posibilidades de vivir, trabajar, y forzosamente tengan que irse ya que el objetivo es la anexión del territorio palestino.
Hoy están usando misiles para desplazar a los palestinos, pero al mismo tiempo, están usando los buldózer –máquinas topadoras- para tomar tierras en la franja occidental.
En todo caso, con misiles o buldózeres, Israel está tomando todo el territorio de Palestina para una limpieza completa.
Lo que permite esta agresión de Israel es la ofensiva imperialista que como hemos notado empezó el año pasado con la invasión de OTAN contra Libia y ahora contra Siria, y mañana tal vez contra Irán.
Dentro de este panorama de agresiones occidentales, Israel aprovecha para avanzar en su propio proyecto que s la anexión y la guerra contra los palestinos. Por eso los países occidentales, como Inglaterra, Francia y Estados Unidos, están apoyando a Israel e inventando la mentira de que Israel debe defenderse. ¿Defenderse con miles y miles de bombas marítimas y aéreas destruyendo un país, mientras no hay ni un muerto –o hay solo tres israelitas- frente a la masacre de los palestinos?
No hay ningún edificio afectado en Israel.
No es una guerra, los que hablan de conflictos, mienten, no hay ninguna posibilidad de que los palestinos puedan afectar de ninguna manera lo que Israel está haciendo, no tienen fuerza aérea, ni fueraza marítima, no tienen armas que puedan hacer el mínimo daño en Israel, los misiles palestinos caen inefectivos en tierras abandonadas, sin población.
Entonces, debemos anotar que el apoyo de Estados Unidos está neutralizando todos los esfuerzos de buscar una tregua. Aquí en Estados Unidos casi el 99% del Congreso y del Senado, respaldan el genocidio israelí. El presidente Obama muestra su política incondicional con los sionistas, declarando su apoyo a Netanyahu y el terrorismo. Y atrás de todo esto son las 52 principales organizaciones judías -religiosas, cívicas y grupos de poder- que como siempre son incondicionales con cualquier crimen de Israel. Esa configuración deja solo la posibilidad de algún apoyo ente los países árabes, pero como los países árabes están comprometidos con las agresiones occidentales contra Siria, Libia e Irán, no tienen ninguna voz independiente.
Hasta ahora no han hecho nada contra Israel, ni boicot ni nada; solamente Egipto ha retirado a su embajador, que es un acto simbólico sin grandes consecuencias. Hay que saber que Egipto no ha abierto su frontera con los palestinos, sigue manteniendo el acuerdo con Israel para bloquear a Palestina. Ese es supuestamente el gobierno musulmán que muestra más solidaridad con Israel que con los palestinos.
Por esta razón no debemos esperar mucho.
El primer ministro de Turquía, Recep Tayyip Erdogan, hizo declaraciones folclóricas mientras apoya la lucha armada contra el gobierno legítimo en Siria, no se atreve a levantar un dedo contra Israel. Por tanto, Erdogan, (el presidente egipcio Mohamed) Morsi, personajes que han declarado su apoyo a los palestinos y que dicen defender Gaza, cuando la crisis se agudiza, cuando el genocidio empieza, están muy marginados de cualquier acción de significación.
Ahora más allá de eso, lo que es muy triste es la declaración del Mercosur (1), que en vez de denunciar el genocidio, en vez de tomar posiciones contra Israel, declara “contra la violencia”, pide una “solución negociada”, condena “la violencia de ambos lados”, los miles de muertos y heridos palestinos y los tres israelitas muertos…. Es algo casi surrealista y poco serio, y no se quién es responsable de esto, si es la posición de Dilma Rousseff (Brasil); de Cristina Fernández de Kirchner (Argentina) o del Presidente de Uruguay (José Mujica).
Venezuela tomó una postura bien firme (2), declaró el apoyo incondicional a los palestinos y condenó a Israel. Pero, cuando se reúnen en Mercosur, los otros tres países, de alguna forma, diluyeron la declaración inicial del presidente Hugo Chávez. Veremos como se arregló esta posición infame entre países que deben saber mejor que nadie los efectos del colonialismo y del imperialismo.
EChI: No se qué país influye más en Merocsur, lo que se es que Uruguay es pro- sionista es servidor del sionismo y está haciendo “parques de la amistad” con los sionistas, en actividades muy sonrientes con el presidente José Mujica, con la intendenta de Montevideo, Ana Olivera. No hay dudas que está a favor de Israel en todo lo que hacen, así que en el Mercosur el primer voto a favor de Israel debe ser el uruguayo.
Pero quería hacer hincapié en eso que decías de que Israel juega a varias puntas, porque además de atacar Gaza, se acerca para tratar de incidir en una decisión final contra Siria e Irán.
JP: Obviamente, la agresión de Israel contra los palestinos es parte de esa ofensiva de la que hablamos, que llevan adelante los países occidentales.
Incluso el gobierno seudo socialista de Francia, de Francois Hollande, ha reconocido a los terroristas sirios como un “gobierno provisional” y ha mandado a un embajador a conversar con los supuestos ‘rebeldes’ mientras canaliza dinero y armas a los terroristas. Y este comentario muestra lo que es el famoso socialismo europeo.
Lo hemos visto en España con el gobierno del PSOE, como llevaron al país al abismo; vimos en Grecia como los socialistas fueron los más grandes ladrones en toda la historia griega; y lo vemos ahora como el gobierno del partido Socialista francés es el principal al momento de reconocer a los terroristas como un “gobierno paralelo”, van mucho más allá de lo que es el resto de los gobiernos occidentales.
Ahora, ¿cómo entendemos esta política de los llamados socialistas franceses? El tema es que hay una gran discrepancia entre los líderes del Partido francés y sus votantes, y no hay ninguna correspondencia. En la campaña electoral los socialistas plantearon algunas reformas sociales que no cumplen; mientras que en política exterior, están muy pero muy implicados en la OTAN y la política imperial.
En otras palabras, los socialistas franceses son lo que llamamos históricamente socialimperialistas y los grupos radicales supuestamente, como el partido anticapitalismo, hablan de dar apoyo crítico a los socialimperialistas. Esto es solo un comentario sobre la degeneración sobre lo que era en una época la izquierda radical, a partir de sus vínculos con la socialdemocracia, esta infame frase de “apoyo crítico” ha traído al país hacia la política más imperialista de todos los países europeos.
Hay una cosa más antes de terminar hoy que debemos considerar.
Frente a esta ofensiva occidental en Medio Oriente, encabezados ahora por el genocidio israelí, hay otra parte del mundo que siente la expansión imperial o la política de confrontación, que es la actual visita de Obama a Birmania, Cambodia y Tailandia.
Supuestamente es una visita diplomática para mejorar las relaciones con Asia. Pero esta visita de Obama es parte de una nueva estrategia, que apunta a extender la influencia y establecer un cerco alrededor de China. Parte de esta política empezó el año pasado con la instalación de bases militares en el norte de Australia, con la intervención de Hillary Clinton en las disputas territoriales entre China y sus vecinos sobre los límites fronterizos; y ahora está en Birmania utilizando la bandera de reforma, de derechos humanos, etc. para debilitar lo lazos con China y extender la influencia norteamericana.
Especialmente en estos momentos, cuando hay una transición en China, Washington quiere poner muros sobre la posibilidad china de extender sus influencias y relaciones económicas y comerciales con los países asiáticos.
Esa es la situación que vivimos, un período en el que Washington con la reelección de Obama está en una nueva fase de agresividad y otra vez tenemos que anotar que la gente a nivel mundial, cree que Obama es un mal menor, pero en la práctica es el peor porque es el político más belicista que hemos visto en los últimos años, es el gobernante que ha lanzado más guerras en Medio Oriente, es un Presidente que sigue extendiendo su agresividad en Asia y es una situación que genera mucho desencanto en todas partes. Pero ¿cómo pensaban antes que Obama no iba a repetir lo que hizo antes? Y ahora que no tiene que pensar en reelección va a ser más agresivo todavía.
EChI: Para terminar Petras, ¿lo único que queda en Gaza es un horizonte de muerte?
JP: El horizonte es peor que de muerte, es de destrucción total. Es destruir una manera de vivir y de forzar la salida de los palestinos, es limpiar el territorio de los palestinos. Eso lo dijo un Ministro israelí, dijo: “Palestina es nuestra”, en realidad dijo “Gran Israel es nuestro”. Y con eso justifican la destrucción de la vida y la expulsión de un pueblo.
¿Cómo se puede vivir entre la destrucción de toda la infraestructura, -hospitales, escuelas, caminos, etc.- y el bloqueo económico de todo alimento? Es un plan bien calculado para expulsar a los palestinos.
No debemos quedarnos solo en los muertos, porque la visión estratégica de Israel es crear un desierto en palestina para que la gente tenga que irse. Es la peor ‘limpieza’ que hemos visto en todos nuestros años.
EChI: Petras te agradecemos mucho este análisis y nos reencontramos el lunes.
JP: Bueno, muchas gracias y espero que las cosas mejoren en alguna parte del mundo.
(*) Escuche en vivo los lunes a las 11:30 horas (hora local) la audición de James Petras por CX36, Radio Centenario desde Montevideo (Uruguay) para todo el mundo a través de http://www.radio36.com.uy
Notas de Redacción:
(1) “Mercosur condena violencia entre Israel y Palestina
A través de un comunicado oficial, emitido este sábado por el bloque suramericano de integración regional, manifestaron su preocupación por “el uso desproporcional de la fuerza” en la Franja de Gaza y solicitaron al Consejo de Seguridad de Naciones Unidas asumir “plenamente sus responsabilidades”.
Además, Mercosur expresó su apoyo a la solicitud del Estado de Palestina de adquirir estatus de miembro observador de Naciones Unidas.
Los países miembros del Mercosur expresaron su más firme condena a la violencia, que se ha intensificado en las últimas horas, y lamentaron la pérdida de vidas humanas. “El camino para la superación de la presente crisis pasa por la diplomacia y el diálogo”, fue el claro mensaje que enviaron los presidentes del bloque suramericano. (Agencias)
(2) Venezuela expulsa al Embajador y al cuerpo diplomático de Israel, por los ataques al pueblo palestino (Sábado 17 de noviembre de 2012)

Bolivia Rompe Relaciones Diplomáticas con Israel y Denunciará Ante la Corte Penal Internacional (Sábado 17 de noviembre)

Heroica Manuelita !

Homenaje a
Manuela Sáenz
con motivo del 156 aniversario
de su desaparición física

APUNTE DE MANUELITA SAENZ

Tú me nombras y me tienes al instante
Simón Bolívar

Manuelita, bella de etérea figura Rosa de los vientos Ves la luz en Quito en 1797, ilegítima, de padre español Naces rica pero huérfana de madre y de una aventura extramarital de tu padre Fuiste criada por tu madrastra y educada en los altos colegios de tu Ecuador natal En el 1810, tu padre, Simón Sáenz, favorece a la matanza de los próceres en Quito Ese hecho, del que fuiste testigo, te concientiza Ves la injusticia de las autoridades hispanas y sella tu actitud rebelde contra la tiranía A los diecisiete años, estando interna en un colegio de monjas, huyes con un oficial del ejército real, Fausto DâElhuyar Parece que él te seduce y abandona pues en el 1816, tu padre pacta un matrimonio de conveniencia con un pudiente médico inglés, James Thorne, veintiséis años mayor que tú La boda se celebra en Lima en el 1817, ante una sociedad que no conocía las condiciones ilegitimas de tu origen

Tu vida social eran las tertulias revolucionarias Después, dejas a tu marido y te vas de viaje con tu padre En julio 28 de 1821, Manuelita participas en todo el proceso de la declaración de independencia del Perú Por tus servicios patriotas el General José de San Martín te nombra âCaballero de la Orden del Solâ El 24 de mayo de 1822, día del triunfo de Pichincha. Manuela tuviste la ocasión de entablar amistad con el general Sucre También conoces al General Juan José Flores y al hombre que sería tu norte, Simón Bolívar

Manuelita, sonriente, dulce, no eres revolucionaria porque te sientes atraída por Bolívar, sino que te atrajo Bolívar porque eras revolucionaria Antes de conocerlo ya habías participado en luchas armadas contra el virreinato del Perú, y consolidado ideales más cercanos a los de tu madre americana que a los de tu padre español

En tu diario narras:
«Cuando se acercaba al paso de nuestro balcón, tomé la corona de rosas y ramitas de laureles y la arrojé para que cayera al frente del caballo de S.E.; pero con tal suerte que fue a parar con toda la fuerza de la caída, a la casaca, justo en el pecho de S. E. Me ruboricé de la vergüenza, pues el Libertador alzó su mirada y me descubrió aún con los brazos estirados en tal acto; pero S. E. se sonrió y me hizo un saludo con el sombrero pavonado que traía a la mano».
En encuentro ulterior, él te diría: «Señora: si mis soldados tuvieran su puntería, ya habríamos ganado la guerra a España». Manuela, tú y Simón Bolívar se hicieron amantes y compañeros de lucha durante ocho años, hasta su muerte en 1830. El viento que él respira te lo enviaba en suspiros.

Activista política antes de conocer a Bolívar e incluso después de su muerte Agonizas pobre, inválida, pero digna militante de la causa de la independencia desde antes de unirte a Bolívar (1783-1830), indiferente al escándalo por tu condición de casada Eres rebelde y luchadora, por la pasión de ser libre retas las convenciones de tu época Revelas tu estilo disfrazándote de hombre y en la vastedad originaria de América Latinamontas a caballo con mayor habilidad que tus acompañantes Heroína de la independencia Madre del continente americano Luchadora de la libertad y âlibertadora del libertadorâ.

Manuela Sáenz, caes víctima de una epidemia en Paita y tu cuerpo, se presume, fue arrojado a una fosa común El cofre con tierra de Paita,donde sucumbes en 1856, Libertadora del Libertador, encarna tus restos Desde el 2010, situado en la parte derecha del hombre al que amaste, del prócer de la gesta independentista, en el altar patrio de Venezuela. Desde el día en que se aclamaron los 199 años de la Declaración de Independencia de 1811.
El amante en su cripta temblará como un río. Pablo Neruda. A Manuela Sáenz, reza la placa, que cita un poema del chileno dedicado a ti âLa insepulta de Paitaâ, con la fecha de 5 de julio.
No sólo la espada de Bolívar circula por América Latina, Manuela, libertadora de sí misma, también cabalgas otra vez por la historia con tu luminosidad visible, con el coraje, la conciencia y el amor

Compañera Manuelita Estás ataviada con ese velo azul y transparente, igual que la ninfa que cautiva al argonauta.

ROSINA VALCÁRCEL
Lima, 19 de noviembre de 2012.

USA: reprendre la main en Amérique du sud?

Le nouveau plan du Pentagone pour affronter la marée rose en Amérique Latine
Panetta vise le Sud
De Nick Alexandrov
Global Research, 24 octobre 2012
counterpunch.org
Région : Amérique latine & Caraïbe
Thème: Militarisation

Le Ministre de la Défense des Etats-Unis, Léon Panetta, se trouvait récemment en Uruguay, où il a parlé du besoin de renforcer les forces de police de l’hémisphère sud. Cette politique envisagée connaît un précédent, pratiquement inconnu dans ce pays, mais qui donne une indication potentielle de ce qui attend les gouvernements d’Amérique Latine désireux de coopérer avec les institutions de défense de leur voisin du Nord.
Dans les années 1960, Washington a initié un programme d’entraînement sur dix ans pour la police de l’Uruguay, aidant à la faire passer d’une force faible et sous-financée à un instrument de répression efficace. Cette métamorphose a coïncidé avec la descente de l’Uruguay, pays auparavant démocratique, dans la dictature. Ainsi, dès que les Etats-Unis eurent terminé leur travail, « la Suisse de l’Amérique Latine » devint le premier pays au monde en nombre de détenus politiques par tête d’habitant.
Panetta a livré ses remarques à Punta del Este, où l’Alliance pour le Progrès a été lancée en 1961. Destiné à augmenter le niveau des revenus et à promouvoir la réforme foncière en Amérique Latine, le programme du Président Kennedy reflétait très précisément son agenda – à peu près autant que la poignée de main d’Obama à Chavez annonçait un « tournant amical » dans les relations entre les Etats-Unis et l’Amérique Latine. Ici bas, sur Terre, Obama s’est assuré que le régime hondurien actuel vole avec succès la dernière élection. Dans le sillage de cette fraude, des escadrons de la mort parcourent le pays, assassinant avocats et militants des droits de l’homme.
L’administration Kennedy, pour sa part, a supervisé, au sein de la structure de l’Alliance, la critique d’un plan de développement pour l’Uruguay, qui a été effectivement abandonné avant son achèvement. Aucune de ses recommandations n’a jamais été mise en œuvre, puisque d’autres questions ont eu la priorité. En 1962, Kennedy a créé l’Office of Public Safety (OPS) [le bureau de la sûreté publique], supervisé de loin par USAID (l’Agence des Etats-Unis pour le Développement International), et qui était responsable du Programme du Sûreté Publique (PSP) de l’Uruguay, entre 1964 et 1974.
Le PSP était un programme d’entraînement pour la police uruguayenne, qui recevait son instruction à la fois aux Etats-Unis et en Uruguay, et faisait partie d’une initiative générale pour combattre le terrorisme et le crime urbains en augmentation. Du moins, c’était l’explication officielle. Cependant, des documents du gouvernement des Etats-Unis racontent une histoire différente. Un exemple : six mois après le début de ce programme, les responsables de USAID à Montevideo expliquèrent que « l’Uruguay avait bénéficié d’un état de sécurité relativement pacifique pendant de nombreuses années », et que « aucune menace active d’insurrection n’existe ». Dans la version 2012 de cette histoire, Panetta présente les trafiquants de drogue et les insurgés comme les deux dangers jumeaux qui nécessitent la réorganisation des escadrons de la police. Mais si le passé peut servir de guide, ces affirmations devraient rencontrer le plus grand scepticisme.
Les Tuparamos, un groupe politique d’extrême gauche, sont souvent considérés comme la principale cible du PSP. Ils ont passé leurs premières années à s’organiser et à attaquer des banques et des caches d’armes pour obtenir des fonds et des armes. Ensuite, ils ont commencé à kidnapper des fonctionnaires de premier plan, à commencer par le chef de la compagnie téléphonique d’Etat – qui était aussi un ami proche et un conseiller du Président Jorge Pacheco Areco – en août 1968. Mais les guérilleros n’ont capturé leur otage qu’après que Pacheco eut sévi contre les périodiques et les partis de gauche, déclarant un état d’urgence qui autorisait le gouvernement à utiliser à volonté de « pouvoirs spéciaux ». Plusieurs années auparavant, un certain nombre d’observateurs avaient fait remarquer que la démocratie en Uruguay se défaisait. L’un deux observait en 1965 que, tandis qu’un couple de « partis politiques ont dominé la scène uruguayenne pendant plus de 100 ans », partis effectivement identiques, que « peu de différence politique » caractérisait, leur objectif commun n’incluaient pas d’agir pour remédier à « la récession industrielle continuelle, au chômage en augmentation constante [.] et à un coût de la vie qui monte en flèche » – la réalité à l’époque. Les implications radicales de cette analyse – qui était celle de la CIA – sont évidentes : pour améliorer la vie des Uruguayens, des actions devaient être entreprises à l’extérieur des canaux politiques établis, étant donné que les deux partis politiques essentiels ne faisaient rien et qu’ils encourageaient en fait l’aggravation de l’austérité. Les Tupamaros, bien sûr, étaient d’accord avec la CIA sur ce point, mais ces groupes avaient une vision divergente quant à l’avenir. Tandis que les rebelles souhaitaient voir les conditions s’améliorer dans le contexte d’un meilleur ordre social, Washington voulait empêcher les Uruguayens ne serait-ce que de protester contre « la récession industrielle continuelle » dont ils souffraient.
Un réexamen de ces fameux documents gouvernementaux rend évident que le PSP a visé les Uruguayens en général, et pas seulement les Tupamaros. Une fois encore, les premiers rapports de USAID en provenance de Montevideo décrivaient le climat « relativement pacifique » qui y prévalait, et les mémos suivants prenaient note avant tout de « grèves, de réunions publiques et de manifestations », comprises par les responsables comme provenant des « problèmes financiers » croissants. Le but de Washington était de suivre la capacité de la police entraînée par le PSP à contrôler ces manifestants – « des terroristes urbains » en argot de l’establishment politique washingtonien – au moyen du « strict contrôle des foules, d’une forte représentation de policiers dans toutes les manifestations et de l’usage immédiat de la force pour empêcher l’escalade au stade d’émeute ». « Les techniques préventives sont utilisées efficacement », concluait l’un des mémos de USAID. Les étudiants [policiers] apprenaient très bien leurs leçons.
Peu de choses avaient changé en Uruguay en 1969, lorsque l’officiel nord-américain Dan Mitrione arriva pour superviser l’entraînement de la police. Ecrivant à Washington à la fin de cette année-là, il expliqua : « Aujourd’hui, la vie semble normale dans les rues de Montevideo, et le vrai problème auquel la police est confrontée est le nombre d’attaques contre des policiers [.] » Le « vrai problème », répétait-il lourdement, n’était pas que le gouvernement uruguayen, quasiment un système à parti unique, forçait ses citoyens à supporter les choix sévères qu’impose une économie ruinée. Le problème était que les Uruguayens manifestaient contre ces conditions. Le gouvernement des Etats-Unis entraînait la police uruguayenne à les punir pour ce crime – une punition qui ne ferait qu’aller en s’intensifiant alors que peu de personnes n’osaient riposter contre leurs agresseurs. Mitrione lui-même comprenait bien les affaires de discipline. Sa réputation, dans certains cercles, était celle d’un maître de la torture.
Il avait une devise simple : « La douleur précise, à l’endroit précis, à dose précise, pour l’effet désiré ». Selon un agent double cubain qui travaillait à la fois pour la CIA et l’Uruguay, il était fier de ses capacités. Cet homme a participé à l’un des séminaires de Mitrione. Quatre sans-abri furent ramassés dans la rue pour l’occasion. Ils furent d’abord utilisés pour montrer les effets « de différents voltages sur différentes parties du corps humain ». Ensuite, vint une démonstration sur les fonctions émétiques. Une fois qu’ils avaient fini de vomir, on les forçait à ingérer un autre produit chimique. A la fin, tous les sujets sont morts. En conséquence, les Tupamaros kidnappèrent Mitrione en juillet 1970 et le tuèrent dans les premiers jours d’août. Deux mois plus tard, le Sénat uruguayen publia un rapport indiquant que la police de Montevideo avait torturé ses prisonniers sur une base régulière. A partir de juin 1973, le Président Bordaberry – que Washington avait aidé, lors de l’élection de 1971, en supprimant ses opposants de gauche – acheva la transformation. L’Uruguay était devenu une dictature.
Ceux qui souhaiteraient en découvrir plus sur cette période devraient lire Killing Hope de William Blum, qui contient un chapitre puissant caractéristique sur le déclin uruguayen qui fut facilité par les Etats-Unis. Alors qu’il est trop tôt pour dire exactement comment marchera le plan de Panetta, discuté dans la Déclaration de politique de défense pour l’hémisphère occidental[1], il y a un résultat qui semble garanti. Si le gouvernement [des Etats-Unis] réussit à mettre en œuvre sa nouvelle politique « de sécurité » dans l’hémisphère sud, alors la vague rose en Amérique Latine – en référence à ses dirigeants politiques qui penchent à gauche – tournera rouge, avec le sang des campesinos [paysans], des féministes, des activistes et des guérilleros assassinés, et celui de tous ceux que l’on peut sacrifier selon le cruel calcul pour le pouvoir.
Nick Alexandrov
Article original en anglais: “The Pentagon’s New Plan to Confront Latin America’s Pink Tide”, le 21 octobre 2012
Traduction : JFG Questions Critiques
[1] Cette déclaration a été publiée le 5 octobre 2012 par le Department of Defense (DoD) [ministère de la défense] des Etats-Unis. « Le ministère de la défense des Etats-Unis a publié [.] le DoD Western Hemisphere Defense Policy Statement [déclaration de politique de défense pour l’hémisphère occidental]. Cette déclaration explique comment le Guide Stratégique de Défense de janvier 2012 façonnera l’engagement du DoD dans l’hémisphère occidental. « Dans l’hémisphère occidental, une transformation remarquable a eu lieu. Des pays font plus qu’auparavant pour promouvoir la paix et la stabilité, tant à l’intérieur de leurs frontières qu’au-delà d’elles », a déclaré le ministre de la défense Panetta. « Leurs efforts et leur vision fournissent aux Etats-Unis une occasion historique de renouveler et de renforcer nos partenariats de défense dans cette région ». Cette déclaration décrit également les objectifs de la politique de défense du DoD, visant à encourager des institutions de défense nationale, achevées et professionnelles ; à encourager l’intégration et l’interopérabilité entre les partenaires ; et à promouvoir les institutions de défense de l’hémisphère » (Source : DoD]

Néocolonislisme français. Le Mali dans la tourmente

http://www.mondialisation.ca/syrie-nouveau-plan-ennemi-pour-encore-plus-de-terrorisme-et-de-destruction/30919
____________________________________________________________________
Le Mali, nouvelle victime désignée d’actives ingérences néocoloniales françaises
De Luis Basurto
Global Research, 01 octobre 2012
Région : Afrique subsaharienne
Thème: Militarisation

François Hollande, au nom de la France, prit la parole lors de la 67ème session annuelle de l’Assemblée générale de l’ONU le jour de son ouverture, le mardi 25 septembre 2012, demandant entre autres choses un mandat international pour une intervention militaire étrangère au Mali, dont le nord du pays est occupé par des rebelles. Il qualifia d’”insupportable, inadmissible, inacceptable” l’occupation du vaste territoire du nord malien “par des groupes terroristes” en annonçant que la France soutiendra toutes les initiatives qui seront prises par les Africains. (1)
Pour rappel, la France de M.Chirac et de M.Sarkozy ne trouvait pas insupportable, inadmissible ni inacceptable l’occupation du nord ivoirien par des rebelles sanguinaires, putschistes ratés, depuis septembre 2002 et cela jusqu’à avril 2011, car ces rebelles soutenaient l’homme adoubé par Paris, l’ancien fonctionnaire du FMI Alassane Dramane Ouattara (ADO), aujourd’hui hissé au pouvoir en Côte d’Ivoire. Et droites et gauches françaises se donnaient la main durant cette période dans une union sacrée assurant cette collusion où J. Chirac et N. Sarkozy assuraient un soutien militaire français aux rebelles pour agresser l’Etat ivoirien. Ici la France soutient des rebelles, là-bas elle fait la guerre pour les combattre. Allez comprendre ! Les rebelles semblent bons s’ils sont en Côte d’Ivoire, en Libye ou en Syrie, à un moment donné et contre l’ennemi désigné des intérêts occidentaux (réel ou supposé). La géométrie variable est bien visible. La ficelle est grossière.
La France s’immisce à présent de façon aiguë et accélérée au Mali. Le néocolonialisme décomplexé se manifeste une fois de plus. L’ingérence politique et « diplomatique » devient ouvertement militaire. La crise interne, politique et militaire, au Mali veut être résolue militairement par la seule France et ses alliés africains, ses anciennes colonies ouest africaines. Dans un élan désintéressé ?
Les origines d’une crise sans précédents : Touaregs et islamistes contre le Mali, plus affaibli que jamais.
Cette crise au Mali est due aux rébellions, (2) sécessionnistes et/ou fondamentalistes, touarègues ou islamistes, qui réussirent à attaquer, occuper et contrôler le nord du pays avec ses villes principales, Gao, Kidal, Tessalit et la légendaire Tombouctou, depuis janvier 2012. Ceci provoqua un putsch fin mars 2012 pour déposer du pouvoir le général Amadou Toumani Touré, dit « ATT », impuissant et visiblement incompétent, président élu, lors de son élection contestée fin avril 2007 (comme lors de sa première élection, en mai 2002), et en fin de mandat car une élection présidentielle était prévue pour le 29 avril 2012. Le coup d’Etat fut populaire, et eut un fort soutien politique et citoyen exprimé publiquement. (3) Une description fine, avec une tentative d’analyse pertinente, ultérieure, devrait aborder le richissime sujet d’actions et réactions au Mali face au ‘pronunciamiento’ militaire, des partis, mouvements politiques, syndicats, associations, communautés, musulmans non-intégristes, soutiens et opposants des jeunes officiers révoltés, et des consensus et clivages.
Faut rappeler que la déstabilisation du Sahel, de toute la bande sahélo saharienne, donc du nord du Mali à présent occupé par des rebelles, est l’une des conséquences directes de la guerre de l’OTAN contre la Libye, dont la France de N. Sarkozy fut l’initiatrice. Ce conflit provoqua la prolifération et le renforcement de bandes armées djihadistes et, à la chute du régime libyen et après l’exécution de Mouammar Kadhafi, la débandade de l’armée libyenne et la dissémination accélérée d’armes de tout genre et d’hommes armés dans le Sahel. Parmi les Touaregs rebelles et les islamistes au Mali il y a des vétérans de la guerre en Libye de 2011.
Après les offensives rebelles de janvier 2012 et la chute de tout le nord du pays suite au retrait de l’armée malienne au mois d’avril dernier, à présent les mouvances islamistes chercheraient, avec les crimes commis au nom de la charia et une lente poussé vers le sud-ouest, l’affrontement afin de galvaniser et d’unifier les groupes djihadistes probablement pour internationaliser le conflit dans le but d’« afghaniser » la région. Le MLNA touareg ayant été à l’heure actuelle largement submergé par les groupes islamistes. L’arroseur arrosé ? Qui tire les ficelles occultes de ces mouvances ? L’offensive du MLNA permettait à ses parrains un scénario d’eaux troubles où l’ingérence politique et militaire étrangère était autant cause que conséquence. Certains avancent les thèses bien plausibles, et démontrables, de l’implication française -sarkozyste- ainsi que des burkinabés (Blaise Comparé ayant facilité son pays comme base arrière) avec le MNLA, qui a pignon sur rue à Paris avec un siège qui agit ouvertement sans entrave. D’autres spéculent sur l’implication et accointances du Qatar -voire de quelques services algériens- avec des islamistes. Le « médiateur » Compaoré veut inclure le Qatar dans la table des négociations ! Les pompiers pyromanes n’ont pas des scrupules. Les hommes de paille et agents doubles semblent être partout. Et l’intoxication, la désinformation, reste une efficace arme de guerre. (4)
Une junte militaire prit le pouvoir le 22 mars 2012 à Bamako. Des jeunes militaires ayant formé un « Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat » (CNRDRE) avec le capitaine Amadou Haya Sanogo (formé aux Etats-Unis entre 2004 et 2010) à sa tête. Sous pression de la France, par l’entremise de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest) représentée par le burkinabé Blaise Compaoré, le CNRDRE céda le pouvoir le 12 avril 2012 à Dioncounda Traoré, président de l’Assemblée nationale qui nomma le 17 avril Cheick Modibo Diarra au poste de premier ministre intérimaire. Tout cela eut lieu après que l’Etat malien soit frappé d’un embargo total et que des sanctions politiques et économiques lourdes soient décidées par la CEDEAO, la France, l’Union Africaine et l’Union Européenne. Des élections présidentielles auraient dû avoir lieu pour que M. Traoré, président intérimaire, transfère le pouvoir à un président élu lors d’un scrutin régulier après la période de transition allant de trois semaines à quarante jours tel que le prévoyait la constitution malienne. (5) Mais le mandat intérimaire de quarante jours de D. Traoré fut prolongé pour une période d’un an de plus par. Ouagadougou et entériné par la CEDEAO.
Rappelons qu’« ATT » fut déposé par les jeunes officiers d’une armée malienne qui lui reprochait son incompétence, son incurie et le manque des moyens pour lutter contre les rebelles touaregs et islamistes au nord du pays. Suite au coup d’Etat, l’embargo organisé par le couple France-CEDEAO empêcha l’armée malienne d’avoir des nouvelles armes, matériel militaire et munitions importées, pour lutter contre les rebelles sécessionnistes. Et la conquête rebelle de territoires du nord put ainsi s’élargir et se consolider au mois d’avril dernier. La junte céda le pouvoir rapidement mais l’embargo continue encore aujourd’hui. A Bamako les Maliens ont déjà vivement manifesté leur mécontentement et impatience, comme le 21 mai dernier lorsque ils manifestèrent contre Dioncounda Traoré. Ce dernier fut alors blessé. (6)
Le rôle néfaste de la CEDEAO, efficace instrument français.
La CEDEAO, avec la France, organise activement l’impuissance de l’armée malienne pour mieux justifier l’envoi d’un corps expéditionnaire formé surtout d’un noyau ivoiro-burkinabé. Dans le port de Conakry, en Guinée, le matériel militaire destiné à l’armée malienne reste bloqué encore aujourd’hui et cela depuis des mois. (7)
L’ingérence française dans le conflit interne malien se concrétise avec le « consentement » de la victime, à savoir le propre Mali, car le président intérimaire malien a demandé le lundi 24 septembre au secrétaire général de l’ONU une intervention militaire étrangère. Étonnamment c’est le ministre français L. Fabius qui annonce cela à New York, à savoir que M. Traoré a demandé à Ban Ki-moon, une résolution du Conseil de sécurité autorisant “l’intervention d’une force militaire internationale afin d’aider l’armée malienne à reconquérir les régions du Nord occupées”‘ en rajoutant que le “Mali souhaite la présence immédiate de cette force». (8) Mais ce n’est peut-être pas exactement si consenti que ça. Faut se demander si ce « consentement » est totalement libre et complètement éclairé. Pour preuve, le journal Le Monde dit dans son article sur le sujet daté du mardi 25 septembre « Dimanche [24 septembre], le Mali a finalement cédé à la pression de la Cédéao qui, depuis des mois, soutient le principe d’une intervention militaire au nord du Mali . ». (9)
Faut se demander aussi si ceux qui ont demandé cette intervention sont légitimes et mandatés pour cela. Au Mali, Cheick Modibo Diarra (ayant une double nationalité, malienne et états-unienne) est le premier ministre d’un régime non issu des urnes. Et Dioncounda Traoré est un président intérimaire imposé aux Maliens par Ouagadougou. Il fut imposé par une France interventionniste ayant mandaté pour cela le peu démocrate militaire burkinabé Blaise Compaoré, ancien putschiste, au pouvoir dans son pays depuis vingt-cinq ans.
Dans le meilleur des cas D. Traoré et C. M. Diarra sont, soit des mannequins ventriloques forcés, portant la parole de Paris, soit victimes d’une naïveté sidérante. Dans le pire de cas ils sont complices et activement partisans profrançais, Françafricains, bradant la souveraineté malienne, si petite soit-elle, manquant ainsi à leur devoir de défense de la souveraineté de l’Etat et du peuple maliens. C’est une affaire dans l’affaire. Un coup de force, un coup d’Etat en douce, à retardement, opéré, gagné pour l’instant sur le tapis vert d’une table lointaine, entre Ouagadougou, Paris et New York.
Ce n’est pas un jeu de pions ? Ce n’est pas un jeu de dupes ? Il est notoire que Paris -le président F. Hollande et le ministre des affaires étrangères L. Fabius- a pressé Bamako -Dioncounda Traoré et Cheick Modibo Diarra- pour qu’il demande ouvertement une intervention militaire étrangère sur le sol malien. Et Paris se presse pour dire que ce n’est pas l’armée française qu’y interviendra mais un corps expéditionnaire africain de la CEDEAO. La France assurant bien sûr les moyens financiers, le renseignement, les armes et la logistique.
Comme l’OEA -Organisation des Etats Américains- qui fut des décennies durant le masque interventionniste des Etats-Unis en Amérique Latine, la CEDEAO est l’un de pseudonymes de la France en Afrique. Elle est l’instrument de blanchiment et de légitimation, des décisions politiques, économiques et militaires françaises destinées à l’ensemble de la région, de l’Afrique de l’Ouest, et à l’égard de chaque pays qu’y se trouve, exception faite du Ghana et du Nigeria, de la sphère anglophone où les Britanniques « ont la main ». C’est une chambre d’enregistrement des desseins et impératifs de la métropole néocoloniale française concernant ses anciennes colonies ouest africaines. La banque centrale de l’union monétaire de la CEDEAO, l’UEMOA, à savoir la BCEAO, est contrôlée par. la Banque de France ! Et la monnaie, le franc CFA, signifiait franc des « Colonies françaises d’Afrique », terme devenu « Communauté financière africaine », plus politiquement correct.
Le cas « édifiant » de la Côte d’Ivoire et sa guerre de neuf ans. Chirac et Sarkozy réinventent « la coloniale »
Dans l’incroyable guerre -souterraine puis ouverte- déclarée contre la Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo par la France depuis le 18 septembre 2002, lors d’une tentative ratée de putsch suivie de l’occupation du nord ivoirien par des rebelles partisans de A. Ouattara, choyés et sanctuarisés par l’armée française, la CEDEAO joua dès le début le rôle de relais de la France pour tenter de mettre à bas le président élu, L. Gbagbo, et in fine asseoir sur le fauteuil présidentiel A. Ouattara, l’homme du FMI. Ils réussirent cela seulement neuf longues années après, moyennant d’énormes souffrances du peuple ivoirien et suite à quatre mois et demi de guerre intense, décembre 2010-avril 2011, avec à la fin de cette période encore plus des souffrances, massacres généralisés, crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par les forces rebelles déferlant vers le sud du pays qui était resté sous contrôle de l’Etat ivoirien. Le président Gbagbo se faisant arrêter par des soldats français dans la résidence présidentielle d’Abidjan le 11 avril 2011. Séquestré puis emprisonné illégalement pendant des longs mois dans le nord de son propre pays par ADO, L. Gbagbo est aujourd’hui consigné, en prison, à la Cour Pénale Internationale à La Haye où son statut de prisonnier politique devrait lui être reconnu un jour.
Pour couvrir ses agissements contre la Côte d’Ivoire de L. Gbagbo depuis le 18 septembre 2002, la France mobilisa la CEDEAO, l’Union Africaine, l’Union Européenne et l’ONU. Elle fit signer de force les plus hauts responsables de l’Etat ivoirien à Paris des pseudos accords politiques en janvier 2003 (Linas Marcoussis / Kléber) où la rébellion pro Ouattara pas seulement était blanchie mais même récompensée. J. Chirac et Dominique de Villepin nommaient les ministres ivoiriens à l’Elysée et au quai d’Orsay ! La France fit voter plusieurs mandats onusiens par le Conseil de sécurité pour couvrir ses agissements militaires, dont l’envoi d’un corps expéditionnaire, l’opération « Licorne » d’octobre 2002 devenue ensuite « Force Licorne », élargissant amplement sa présence militaire sur le sol ivoirien au-delà de sa base militaire d’Abidjan./Port-Bouët, le 43ème BIMA. Elle fit aussi créer une mission militaire onusienne spéciale, l’ONUCI, déployée en avril 2004, composée de casques bleus et d’autres policiers et fonctionnaires civils. (10) Le tout visant à grignoter et à anéantir ce qui restait de la souveraineté de l’Etat ivoirien. Visant aussi à acculer le gouvernement légal dans le sud du pays, en sanctuarisant tout le nord ivoirien occupé par les rebelles pro-ADO qu’y régnaient et sévissaient en toute impunité. La mise sous tutelle d’un Etat souverain, avec intervention militaire étrangère directe, sous mandat onusien obtenu par l’ancienne puissance coloniale, pour obtenir in fine un changement de régime, voilà ce que fut le plan accompli de la France depuis septembre 2002 en Côte d’Ivoire. L’objectif était de mettre au pouvoir celui qui était l’adoubé de Paris, M.Ouattara, un riche homme d’affaires et ex-fonctionnaire du FMI, ami et relais françafricain de J. Chirac, de N. Sarkozy et de milliardaires français.
Le rappel et le parallèle que nous faisons avec le drame ivoirien des dix dernières années, qui est loin d’être fini avec la sanglante accession au pouvoir de Ouattara en avril 2011, nous semble pertinent dans la mesure où existe et se reproduit un schéma de mise sous tutelle, une recolonisation masquée, d’Etats indépendants mais affaiblis du Sud, surtout en Afrique, commise par les anciennes puissances coloniales, les Etats-Unis et ses alliés, avec la compromission d’organisations régionales interétatiques vassalisées et du Conseil de sécurité de l’ONU. Le cas de la Côte d’Ivoire se rajoute au cas d’Haïti où en février 2004 un véritable coup d’Etat militaire franco-étatsunien fut commis pour déposer du pouvoir et envoyer à l’exil le président élu Jean-Bertrand Aristide.
Le Mali d’aujourd’hui est la nouvelle victime désignée des ingérences néocoloniales de la France. Droites et gauches françaises se relayent le témoin dans cette politique transversale, d’ingérences et d’immixtions grossières ou subtiles, qui s’opère notamment contre les anciennes possessions coloniales françaises d’Afrique. Le principal pion de la FrançAfrique en Côte d’Ivoire à présent, A. Ouattara, est l’un des personnages le plus agité de la sous région pour envoyer ses troupes au Mali. Blaise Compaoré, militaire, président du Burkina Faso depuis octobre 1987 à la suite d’un putsch et de l’assassinat du président Thomas Sankara, est le « médiateur » imposé par la CEDEAO, donc par la France, pour « gérer » la crise malienne. Cela ne s’invente pas. Il est aussi pressé que Ouattara pour envoyer des troupes burkinabés.
La France fait la guerre ou paye. Or, qui paye commande.
M. Ouattara fut reçu à l’Elysée le 26 juillet 2012. A la fin de l’entretien M. Hollande annonça que la France accordait à la Côte d’Ivoire l’effacement de sa dette publique envers l’Etat français, à savoir un montant de plus de trois milliards d’euros ! (11) Le richissime homme d’affaires Ouattara obtint pour son régime ce cadeau au titre de la procédure dite PPTE, pour « pays pauvre très endetté ». (12) Son régime n’a pas les moyens pour payer la dette souveraine ivoirienne envers la France mais à une ambition inébranlable pour envoyer des milliers de ses militaires, ses anciens rebelles, au Mali. Sous prétexte de lutter contre une rébellion et réunifier le Mali. De qui se moque-t-on ?
Du contribuable français. Car c’est lui qui devra payer les générosités de M. Hollande et les aventures militaires de la FrançAfrique. Et il payera double. Trois milliards d’euros donnés en cadeau par F. Hollande à M. Ouattara, à la tête d’un régime tyrannique et archi corrompu, où les droits de l’homme sont piétinés tous les jours. L’aventure guerrière en perspective de M. Ouattara et de M. Compaoré, cotitulaires de la CEDEAO, sur le territoire du Mali, avec leurs soldatesques surtout avides de toucher des soldes exceptionnelles et des primes, sera payée par Paris.
Au moment où le gouvernement français annonce un projet de budget 2013 avec une hausse d’impôts et de taxes de dix milliards d’euros pour les ménages et autant pour les entreprises, qui se rajoutent à d’autres dix milliards d’euros de baisse du budget des ministères (13), en somme trente milliards d’euros « d’effort budgétaire », Hollande décide du renoncement aux créances de l’Etat français et s’engage au financement d’une expédition militaire ivoiro-burkinabée. L’aventure sera payée par le contribuable français, aucun doute.
Dans ce tableau grotesque le peuple malien est, et sera encore, la première et la plus grande victime, car le théâtre d’affrontements militaires est, et sera, le Mali, les morts seront des Maliens. Il est prévu que les soldats maliens servent de chair à canon pendant que les étrangers occupent Bamako . Mais les peuples burkinabé et ivoirien sont aussi des victimes, victimes de leurs propres régimes, corrompus et tyranniques, de Compaoré depuis 1987 sans interruption et de Ouattara, depuis 2002 avec sa rébellion et depuis avril 2011 suite à son accession au pouvoir grâce l’armée française et à l’ONUCI. Le peuple français est aussi victime car les moyens financiers et les armes pour la guerre seront donnés et payées respectivement par leurs contribuables, et tout cela sera fait en son nom, sans qu’il n’en soit nullement consulté.
En 2010 et 2011 la France commit des ingérences flagrantes devenues guerres ouvertes contre la Côte d’Ivoire et la Libye. La finalité étant de provoquer le changement de régime dans ces pays, en installant dans le deux cas des rébellions soutenues sournoisement voire ouvertement par Paris et ses fondés de pouvoir africains. Dans les deux cas la France obtint un mandat onusien pour faire la guerre. Contre la Libye l’instrument fut l’OTAN, qui bombarda le pays du 19 mars au 20 octobre 2011. Pendant sept mois ! En Côte d’Ivoire la mission onusienne, ONUCI, fit directement la guerre contre l’Etat ivoirien à côté des rebelles et de l’armée française ! En Syrie à présent la France essaye aussi de mettre à bas le régime d’un Etat indépendant, en installant au pouvoir une rébellion armée sanglante, d’orientation islamiste, avec l’Union Européenne, l’OTAN et ses relais régionaux tels la Turquie, le Qatar, l’Arabie saoudite et la Jordanie, qui financent et/ou servent de base arrière aux rebelles.
Les obstacles, les défis et les luttes incontournables du peuple malien.
Les Maliens devraient se douter qu’une conjoncture politique et militaire tellement complexe et grave, ne peut se résoudre aisément. Mais les compromissions et les renoncements militaires et politiques n’aboutiront certainement qu’à plus de drames et des pertes des vies humaines et de souveraineté, le peu qui reste à un pays dépendant, pauvre, avec un Etat faible. Et aux souffrances du peuple malien qui subira, qui subit déjà, ce sanglant conflit interne s’ajoutera la guerre intense et les exactions, autant des rebelles que celles, prévisibles, des « libérateurs » de la CEDEAO. Rappelons-nous du parcours édifiant, des exactions, de l’ECOMOG au Libéria et en Sierra Léone !
L’acceptation sur le sol malien d’une force militaire étrangère, avec des soldats venant des pays frontaliers non exempts d’ambitions vénales et sous l’égide de l’ancienne puissance coloniale, n’est qu’un suicide national par chapitres annoncé. Annonciateur d’une nouvelle mise sous tutelle et même d’une vassalisation par ses voisins immédiats. Le remède proposé sera pire que la maladie. Rappelons le néfaste rôle de Blaise Compaoré dans la sous-région pour déstabiliser des pays entiers comme la Sierra Léone, le Libéria et tout récemment la Côte d’Ivoire où il imposa au pouvoir son protégé et compatriote Alassane Ouattara. Rappelons qu’existe aussi à présent l’ambition de Ouattara d’avoir un rôle régional, et il est pressé à ses 70 ans, alors même qu’il n’est pas maître du pays qu’il a conquis en 2011 grâce à la France. En Côte d’Ivoire aujourd’hui l’Etat n’existe guère et l’arbitraire, les exactions et les crimes de sang et massacres pour motifs politiques et ethniques sont commis toujours en toute impunité. ADO garde toujours le pouvoir grâce à l’armée française, toujours très présente sur le sol ivoirien.
Le Mali risque ainsi d’échanger la rébellion du nord par une vassalisation au profit du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire, devenant le hinterland asservi de ces deux pays. Devenant concomitamment un territoire néocolonial chronique, avec des régimes fantoches, encore plus fantoches, à Bamako, aliénés plus que jamais à la France. Où celle-ci sera (l’est déjà) concurrencée par les USA et la Chine pour le contrôle des territoires et des matières premières. Contrôler le Mali c’est contrôler en partie le Sahel, mais aussi l’ouest africain et le Maghreb. L’Algérie, le grand voisin au nord du Mali, reste discrète ce qui ne signifie pas qu’elle n’agit pas ou fait agir des tiers.
Justement à propos de la concurrence géopolitique pour le contrôle des pays et des matières premières en Afrique, la vitesse/précipitation de la France et de ses obligés ouest africains concernant la crise au Mali crée des réticences internationales et les rivalités inter impérialistes apparaissent au grand jour. Le mercredi 26 septembre à l’ONU, lors de la réunion de haut niveau sur le Sahel en marge de l’Assemblée générale, Mme. H. Clinton fait une étonnante déclaration. (14) Elle dit que le Mali est une “poudrière” et que seul “un gouvernement démocratiquement élu aurait la légitimité de négocier un accord politique au nord du Mali, de mettre fin à la rébellion et de restaurer l’Etat de droit”. Ah les postures ! L’art de l’hypocrisie n’a pas des limites. On l’aurait dit porte-parole légitimiste des pays non-alignés par exemple. Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Ceci dit, les Maliens se font voler des analyses et des alternatives pouvant être pertinentes et les concernant.
Le principe de non-ingérence dans les affaires internes d’un Etat souverain, ainsi que les principes de sauvegarde de la souveraineté, de la paix et la recherche impérative des solutions pacifiques aux conflits entre Etats, sont ouvertement piétinés. Par la France, mais pas seulement. Par ses pions tels le Burkina Faso de B. Compaoré, la Côte d’Ivoire d’A. Ouattara et la CEDEAO. Prenant l’exécrable exemple des Etats-Unis et de ses alliés de l’OTAN, qui s’amusent à parler au nom de toute la planète en portant la casquette « communauté internationale » (autoproclamée).
Quelques exemples dramatiques et encore sans solution définitive, étant des plaies ouvertes, sont là pour nous le rappeler. Haïti depuis 2004 est encore sous tutelle de l’ONU avec la MINUSTHA. La RDC, ayant les deux dernières décennies la série de conflits internes les plus meurtriers en Afrique, avec plus de quatre millions de victimes et des pans entiers de son territoire national occupés et pillés par des rébellions soit autochtones soit venues et/ou soutenues par les pays voisins de son nord-est, sous les bavures et le regard impuissant ou rendu volontairement impuissant de la mission de l’ONU, la MONUC/MONUSCO avec actuellement dix-sept mille casques bleus y déployés. La Côte d’Ivoire et la Libye, victimes toutes les deux en 2011 de guerres ouvertes visant le changement forcé de régimes sous le leadership de la France, de N. Sarkozy. La Syrie aujourd’hui où l’Occident, la France en tête encore, arme, finance et justifie une rébellion sanglante contre un Etat indépendant visant à mettre à bas son régime, militarisant jusqu’à la folie meurtrière les affrontements d’une complexe dialectique politique. La « démocratie » à coup des bombes et des rebellions ? L’Irak, l’Afghanistan, la Libye. etc. sont des cas « exemplaires ».
Le Mali s’inscrit à présent dans ce schéma déjà bien rodé d’ouvertes ingérences politiques et militaires de l’ancienne puissance coloniale et de l’Occident et d’abandon « volontaire » de souveraineté. Le Mali est la nouvelle victime désignée et titularisée des ingérences néocoloniales de la France et de ses propres voisins avides, ivoiriens et burkinabés, pions de la FrançAfrique.
Au Mali l’alibi français avancé pour justifier l’ingérence politique et militaire actuelle, directe et par pions interposés, est l’urgence (15) de chasser des rebelles sanguinaires, islamistes, tout en empêchant l’armée malienne par exemple de le faire elle-même et en méprisant le peuple malien, privé de décider et d’assumer ses droits -et ses devoirs- souverains. La défense de la souveraineté populaire malienne d’abord, ainsi que la souveraineté de l’Etat autant que l’intégrité territoriale, n’est pas, ne devrait pas, être négociable.
Luis Basurto
Paris, 27 septembre 2012

(1) « Le discours très balisé de François Hollande devant les Nations unies » in LE MONDE, 26.09.2012
(2) Des Touaregs avec le « Mouvement national de libération de l’Azawad » (MNLA) ; la nébuleuse islamiste Ançar Dine (« protecteurs de la religion ») ; le « Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest » (MUJAO) ; la nébuleuse islamiste nigériane Boko Haram a aussi été signalée ; Al-Quaïda au Maghreb Islamique (AQMI), sous ce nom depuis 2007. Les sécessionnistes touaregs ont été largement débordés par les islamistes, plus expérimentés, sanguinaires et ragaillardis par les armes libyennes, les rançons et les trafics de tout genre. Voir : http://www.algerie360.com/algerie/aqmiansar-edinemujao-et-boko-haram-font-le-forcing-pour-lobtenirles-ingredients-dune-intervention-etrangere-dans-le-sahel/
(3) Voir : « Le Mali : chronique d’une recolonisation programmée. » Déclaration politique à Bamako du 04.04.2012 http://www.foram-forum-mali.org/index.php/non-classe/le-mali-chronique-dune-recolonisation-programmee/. Voir aussi : « Déclaration du pari SADI suite au changement de Régime intervenu au Mali le 22 Mars 2012 » 26.03.2012 http://www.partisadi.net/2012/03/declaration-du-parti-sadi-suite-au-changement-de-regime-intervenu-au-mali-le-22-mars-2012/; « Marche de soutien au CNRDRE et aux Forces Armées et de sécurité » 11.04.2012 http://www.partisadi.net/2012/04/marche-de-soutien-au-cnrdre-et-aux-forces-armees-et-de-securite/
(4) Voir: http://www.nord-mali.com/index.php/nord-du-mali/1404-nord-du-mali–mnla-ancar-eddine-al-qaida–du-pareil-au-meme- Voir : « Le Temps d’Algérie entre à Kidal (nord du Mali) Quatre jours en compagnie d’Ançar Eddine » 29-07-2012. Voir : http://www.letempsdz.com/content/view/77676/1/ Voir : « Les défis du Sahel : focus sur la crise malienne par Laurent BIGOT » http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Rn67xaLPCBM
(5) Voir : http://afrique.blog.lemonde.fr/2012/04/07/laccord-de-bamako-texte-suite-details-interrogations/
(6) Voir : http://www.lexpress.fr/actualite/monde/afrique/mali-le-president-interimaire-dioncounda-traore-frappe-par-des-manifestants_1117043.html?xtmc=dioncounda_traoré&xtcr=10
(7) « Crise politico-sécuritaire : La COPAM exige la libération des armes bloquées à Conakry et l’organisation de la concertation Nationale souveraine » in LE FLAMBEAU 26.09.2012 Voir : http://www.maliweb.net/news/politique/2012/09/26/article,94312.html
(8) Voir : http://abonnes.lemonde.fr/afrique/article/2012/09/25/le-mali-en-appelle-a-l-onu-pour-reconquerir-le-nord_1765265_3212.html
(9) Ibid.
(10) Voir: http://www.onuci.org/spip.php?rubrique18
(11) Voir: http://www.liberation.fr/monde/2012/07/26/echange-d-amabilites-entre-ouattara-et-hollande-a-l-elysee_835734
(12) Voir: http://fr.allafrica.com/stories/200904030179.html
(13) « Budget : l’Etat va devoir amputer ses dépenses de 10 milliards » in LE MONDE, 28.09.2012
(14) « Le volontarisme de Paris sur le Mali se heurte à des réticences à l’ONU » in LE MONDE, 27.09.2012
(15) “Il n’y a pas de temps à perdre » dit F. Hollande à l’ONU le 25.09.2012 in LE MONDE, 26.09.2012

Syrie : Nouveau plan ennemi par Mohamed Khalil

Syrie : Nouveau plan ennemi pour encore plus de terrorisme et de destruction
De Mohamed Khalil al-Roussan
Global Research, 18 mai 2012
Arabi-Press 18 mai 2012
Région : Moyen Orient
Thème: Guerre USA OTAN
Analyses: Le «Printemps arabe», SYRIE

Alliance saoudi-qatari-israélienne dans le but de torpiller une éventuelle entente russo-américaine sur la Syrie
Une personnalité bien informée sur le dossier des relations interarabes, car proche du Service des Renseignements russe dépendant du Ministère des Affaires étrangères, a affirmé que les récents pourparlers russo-américains ont amené le Président Medvedev et le Président Obama à une sorte d’entente sur l’avenir de la crise syrienne. Selon cette source, le président russe a été très clair sur cette question lors du Sommet de Séoul lorsqu’il a précisé la position de la Fédération de Russie, aussi bien aux États-Unis qu’aux autres puissances mondiales qui considèrent désormais que les affaires syriennes font partie intégrante des Affaires intérieures de l’OTAN !
Le moins que l’on puisse dire est que Medvedev ne s’est pas contenté d’un langage tacticien mais qu’il a fait savoir qu’il s’agit là d’un sujet stratégique russe qui pèse de tout son poids sur les relations entre la Russie et les USA, et entre la Russie et l’Union européenne [UE] et la Turquie. Ainsi, le langage de Medvedev face à Obama et à l’UE fut bref et concis : « La Syrie fait face à une guerre menée par des terroristes contre ses citoyens, et à une crise interne qui ne peut se résoudre que par le dialogue entre le gouvernement, les autorités syriennes et les opposants ».
Toujours selon la même source, les efforts de la Russie et son rejet d’une ingérence étrangère en Syrie auraient été décisifs pour convaincre les Etats-Unis qu’au cas où ils décideraient de soutenir une intervention militaire de l’OTAN, de la Turquie ou de certains pays arabes [ce qui est exclu] ils ne se confronteraient pas uniquement au Président Assad ! Les Etats unis ont parfaitement saisi le message russe : « Damas est le ballon d’essai censé précéder la mise en œuvre des mêmes scénarios de coups d’État que vous avez fomentés dans d’autres pays, et il n’est pas exclu que vous ayez imaginé de faire subir le même sort à la Russie ».
La démonstration de la volonté russe d’arriver à un consensus avec les États-Unis a eu lieu lors de la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité acceptée par la Russie et la Syrie, et c’est à partir de là qu’a été adopté un premier plan politique et sécuritaire à mettre en œuvre et à superviser par le Conseil de sécurité, la Russie et les Etats-Unis : « le plan Kofi Annan ». Mais ce plan commun n’a pas empêché les attaques armées contre les civils et les militaires syriens. A partir de là, voici les réponses que cette même source à donné à plusieurs questions essentielles.
Pourquoi les attaques armées se sont-elles poursuivies malgré le plan Annan ?

« Cherchez du côté d’Israël et de sa fraternité évidente et de longue date avec l’Arabie saoudite et le Qatar ! ». Ces trois pays, ainsi que la Turquie, ont mal accepté le fait que les États-Unis en arrivent à la décision de chercher un accord avec les dirigeants politiques russes plutôt que de se confronter à la Syrie, parce que cela signifie que les États-Unis sont désormais dans l’obligation de cesser toutes formes de soutien, militaire ou logistique, qu’ils ont accordés aux milices connues par les services secrets russes pour être plus proches des terroristes d’Al-Qaïda que des Frères musulmans et des wahabistes extrémistes sévissant dans certaines campagnes et villages de Syrie. Mais les Etats-Unis, astreints à une coopération basée sur la recherche de compromis dans nombre de dossiers qui devront être complètement résolus après les prochaines élections présidentielles, n’ont pas respecté les promesses faites à la Russie pour la bonne raison qu’en ce qui concerne le dossier syrien, les Saoudiens et les Qataris se sont réfugiés derrière la politique israélienne qui voit dans le renversement du Président syrien et de son gouvernement une victoire stratégique avant toute autre considération. Et en Syrie, les Islamistes wahabites et la majorité des mouvements islamiques, dont les Frères Musulmans, sont plus proches du wahabisme saoudien que du message de Hassan al-Banna ou Sayed Qotb !
Les Saoudiens et les Qataris oseraient-ils aller à l’encontre des décisions des États-unis ?

Ils ne pourraient le faire que si Israël en prenait la responsabilité, soutenu en cela par ses alliés fondamentaux et influents du lobby et de la presse sionistes, autant d’alliés que le Président Obama ne peut se permettre de contrarier en cette période électorale en raison de ses besoins en médias et en finances.
Faut-il comprendre que les États-Unis renonceraient à un accord avec la Russie pour contenter le lobby sioniste protecteur des options saoudite et qatari en Syrie?
Les États-Unis ont un intérêt certain à renverser le gouvernement du Président Bachar al-Assad, mais ils se heurtent à la volonté de la Russie et au réel équilibre des forces sur le terrain en Syrie. Le Président syrien s’est avéré être le plus fort à plus d’un niveau : local, populaire, institutionnel, militaire, sécuritaire et diplomatique. Il a aussi démontré sa capacité dans la bataille militaire et sécuritaire contre les groupes armés, capacité qui n’aurait pas encore atteint son apogée. Cependant, l’effort saoudi-qatari-israélien s’intensifie et s’efforce de généraliser les carnages sectaires dans les grandes villes syriennes pour aboutir à un état d’anarchie qui irait crescendo vers encore plus de massacres, dans le but d’embarrasser la Russie et d’accroître la pression sur Al-Assad, de crainte que son gouvernement ne puisse échapper à la guerre menée par les pays du Golfe pour le compte des Américains et des Israéliens, par l’intermédiaire de supporters d’Al-Qaïda ou de l’Organisation elle-même.
Le gouvernement US est obligé de coopérer avec le gouvernement russe, mais il se décharge de cette obligation au motif qu’ils n’est pas en mesure de contraindre Israël, l’Arabie saoudite et le Qatar à suivre ses directives ; excuse inacceptable pour les russes qui, comme les Étatsuniens d’ailleurs, sont convaincus que l’origine du problème n’est pas seulement en Israël, mais aussi en Arabie saoudite et plus particulièrement dans les palais de la famille des Al-Saoud, qui craignent tout autant que l’Emir du Qatar, qu’Al-Assad ne puisse revenir jouer efficacement son rôle régional, une fois qu’il aura triomphé de la crise et réussi à sceller un compromis historique avec ses opposants. Si cela devait arriver, les pays du Golfe et à leur tête l’Arabie Saoudite et le Qatar sont persuadés qu’Al-Assad cherchera à faire payer un prix élevé à ses ennemis et à tous ceux qui ont soutenu les gangs armés en Syrie.
Pour l’ensemble des princes saoudiens, Al-Assad est le cauchemar dont ils ne savent comment se débarrasser. Ils ont tout essayé mais tout a échoué, et même l’opposition syrienne, qui a certes réussi à déstabiliser le pays, n’a pu réaliser une quelconque percée majeure ni au niveau de l’état, ni au niveau du dispositif sécuritaire ou militaire ; au contraire, ce sont les Syriens qui ont réussi des percées considérables dans les rangs des terroristes armés.
Pourquoi cette haine des saoudiens et des qataris à l’égard de la Syrie ?
Tout d’abord, parce qu’il n’a pas échappé aux deux pays qu’Al-Assad sait que le Qatar et l’Arabie Saoudite ont financé la guerre contre le peuple syrien et contre lui-même. Ensuite, parce que le Président syrien est parfaitement conscient que si les dirigeants de ces deux pays avaient pu l’assassiner, ils ne s’en seraient pas privés. Enfin, parce que ces mêmes dirigeants et avec eux, les israéliens, cherchent de toutes leurs forces à lui nuire, physiquement et directement, tous les trois étant convaincus que si Bachar al-Assad survit à cette crise, il sera mille fois plus dangereux et leur demandera des comptes une fois la stabilité revenue.
Par ailleurs, les relations entre la Syrie et l’Arabie saoudite ne sont pas entachées uniquement par des problèmes connus et déclarés, la réalité du soutien des saoudiens aux insurgés est claire, mais le fait qu’ils essayent d’inonder l’opposition syrienne par l’argent et la fortune n’a pas une finalité politique exclusive, il existe des rancoeurs d’ordre personnel connues de tous.
D’où la stratégie adoptée pour détruire la Syrie
Toutes les tentatives pour renverser le gouvernement syrien ont échoué et il ne reste plus d’autre choix aux USA et à leurs alliés que de composer avec cet État protégé par une armée d’un demi-million de soldats, un service de sécurité d’au moins un demi-million d’officiers et de cadres, assistés par une armée de volontaires sur l’ensemble du territoire ; le Président syrien jouissant du soutien d’une proportion non négligeable du peuple syrien très nettement supérieure à celle de Moubarak, Ben Ali ou Kadhafi ; sans oublier l’appui de la Russie et de l’Iran.
Par conséquent, les coups portés à l’opposition armée ont motivé l’administration étatsunienne et ses alliés à préparer un nouveau plan adapté à la nouvelle réalité, avec deux objectifs qui devraient obliger Al-Assad à négocier avec les USA en position de faiblesse. Le premier objectif consiste à épuiser l’armée tout en imposant au peuple syrien, son président, ses forces armées et ses agences de sécurité, le sentiment que tous sont prisonniers de la volonté destructrice des États-Unis et que la paix, la sécurité, la réconciliation et la stabilité ne dépendent que de leur bon vouloir. Le deuxième objectif consiste à épuiser les partisans du gouvernement par une guerre psychologique qui leur ôtera tout espoir de retrouver leur vie d’avant la crise, et les amènera à devenir un fardeau pour le gouvernement, non un soutien tel qu’il en est aujourd’hui.
Quant aux raisons qui ont poussé les USA à abandonner définitivement l’idée de renverser le gouvernement par la force destructrice, elles résultent des convictions qui leur ont été imposées au bout des quatorze derniers mois. Premièrement, l’armée syrienne ne se divisera pas et le Président Al-Assad tient toujours tous les centres des forces armées syriennes, lesquelles s’adaptent de plus en plus à la situation et portent des coups décisifs aux forces ennemis. Si bien que l’opposition armée indûment nommée « l’armée libre » n’est plus qu’un ramassis de gangs démoralisés, sans véritable stratégie, obstinés à ne pas se rendre, parce que chacun sait le destin funeste qui l’attend. Deuxièmement, les organes de la sécurité syrienne sont maîtres du terrain même dans les régions contrôlées par les insurgés en armes en raison de leur infiltration en long, en large et en travers par des éléments loyalistes.
L’économie syrienne est épuisée mais prend le chemin du redressement car l’économie de guerre a remplacé l’économie hypothéquée par l’économie financière et commerciale de l’Occident, et les sommes colossales que les pays du Golfe offrent aux insurgés armés finissent d’une façon ou d’une autre par verser dans le circuit économique interne, puisque les « régions dites de la révolution » restent dépendantes du cycle économique qui commence par l’État syrien et se termine à la Banque centrale de Syrie.
Certains secteurs se sont adaptés à la nouvelle situation en développant une économie de libre-échange avec la Russie, la Chine, l’Iran, l’Inde, le Brésil et des pays voisins comme l’Irak, le Liban et la Jordanie ; ces derniers jouant un rôle majeur dans l’atténuation des sanctions.
La grande majorité des « minorités » et du peuple syrien soutiennent le gouvernement, et la population « silencieuse » est de plus en plus du côté des autorités syriennes plutôt que de la « révolution ».
Il n’empêche que les États-Unis et leurs alliés considèrent qu’ils ont là une occasion d’éreinter le gouvernement et de minimiser sa popularité pour atteindre leurs objectifs politiques et conclure un accord imposé par les circonstances, dont la clause essentielle garantirait les intérêts des États-Unis et de ses alliés des pays du Golfe. Il est donc urgent pour les États-Unis d’exploiter cette occasion unique car le temps ne travaille ni en leur faveur, ni en faveur des insurgés, étant donné la gestion sécuritaire et politique des problèmes par les autorités syriennes, qui risque de mettre définitivement les insurgés armés et les opposants radicaux hors du jeu local et international mené par le Président syrien d’une part, et par la Russie d’autre part.
Organisation des planificateurs de la stratégie de destruction de la Syrie

Le comité politique
• Hillary Clinton [Superviseur]
• Hodrick Cholet [PDG]
• Robert Ford [membre et Ambassadeur des USA à Damas]
• Frédéric Hoff [membre]
• Jeffrey Feltman [Coordinateur] et superviseur d’une commission politique parallèle composée de Séoud Ben Payçal [ministre saoudien des Affaires étrangères] et du ministre qatari [Hamad Ben Jassem]. Il est aussi superviseur du Bureau de la coordination sécuritaire spécifique de la Syrie basé à Doha, comprenant un représentant de la CIA et des représentants des services de renseignement de l’Arabie saoudite, la Turquie et de l’OTAN… rejoints récemment par la Libye ; Bandar ben Sultan étant le grand expert des Affaires syriennes et le conseiller particulier de Feltman ! Dictionnaire
Le comité militaire
• Général Martin Dempsey [Président]
• Général Charles Cleveland
• Général Frank Gibb
Ce comité travaille en coopération avec les autres comités, mais la décision finale lui revient pour tout ce qui concerne les renseignements et le niveau de l’assistance logistique à fournir aux groupes armés sévissant en Syrie, les renseignements étant assurés par des agences étatsuniennes ou alliées.
Le comité sécuritaire
• Tom Danelon [Président, Conseiller à la sécurité nationale]
• James Clapper [membre, Directeur de la sécurité nationale]
• Général David Petraeus [Décideur, Directeur de la CIA]
Ce comité inclut des représentants de sept agences de renseignement des USA, selon les besoins en compétence. Il est divisé en plusieurs sous-comités chargés d’approuver les stratégies, de rendre compte au président Obama par des rapports hebdomadaires, de mettre en exécution les stratégies censées obliger les autorités syriennes à abdiquer, et aussi de parer à tout danger pouvant mener à une guerre régionale avec Israël.
Lignes générales de la stratégie de destruction de la Syrie

• Subordonner le gouvernement syrien et l’obliger à s’abandonner à la volonté des USA.
• Empêcher la Russie de s’implanter en Syrie de façon permanente.
• Rompre l’alliance de la Syrie avec l’Iran de telle sorte que le gouvernement syrien ne puisse chercher son salut qu’auprès des USA, non du coté russe ou iranien.
• Pousser au maximum la guerre psychologique et la propagande anti-syrienne par les USA, leurs alliés régionaux [arabes] et internationaux [OTAN] pour imposer l’abdication du gouvernement syrien.
• Assurer une transition politique [démocratique] en Syrie sans entrer en conflit avec la Russie et sans porter atteinte à la sécurité d’Israël [clause formelle et plutôt très vague puisqu’ils acceptent désormais que le Président syrien reste en poste à condition que la Syrie se transforme en un État dit modéré…].
• Couper le lien entre la Syrie, Téhéran et le Hezbollah libanais.
Étapes exécutives de la stratégie de destruction de la Syrie

• Actions militaires menées par des bataillons de terroristes volontaires entrés en Syrie à travers toutes ses frontières et rendus capables de coopérer en toute liberté avec les insurgés armés locaux [frontières : Nord et Est Liban, Turquie, Jordanie, Golan, Kurdistan irakien et zone irakienne adjacente à la région al-Jaziré au nord de la Syrie].
• Actions violentes de type guérilla urbaine dans toutes les régions syriennes, celles déjà infiltrées par les dits révolutionnaires et les grandes villes non encore touchées.
• Opérations spéciales au cœur même des institutions syriennes à Damas et dans les grands centres urbains [attentats suicides, attaques armées, explosions à la bombe…].
• Actions paramilitaires [infiltration des manifestants par des éléments armés envoyés pour attaquer les régions encore indemnes et tenues par les autorités militaires syriennes].
• Déstabilisation finale par une guerre psychologique associée à tout ce qui précède.
Risques pris en compte par les auteurs de la stratégie de destruction de la Syrie.
• Guerre généralisée entre Syrie, Hezbollah, Iran d’une part, et Israël, Turquie, pays du Golfe… d’autre part [d’où le gouvernement d’Union nationale précipitamment mis en place par les Israéliens par crainte d’une réplique conjointe Syrie-Iran-Hezbollah, qui pourrait s’abattre sur Israël si les USA persistaient à œuvrer pour l’escalade du terrorisme en Syrie].
• Attaque iranienne directe ou indirecte contre la navigation dans la région du Golfe.
• Attaque militaire iranienne contre le Qatar, Bahreïn et Arabie saoudite.
• Attentats terroristes contre les forces US en Turquie et dans les pays du Golfe.
• Lancement de missiles sur Israël à partir du Sinaï, et la bande de Gaza.
• Lancement de missiles sur Israël à partir du Liban, Syrie, et la bande de Gaza.
• Propagation incontrôlée de la déstabilisation vers le Liban, suivie du déclenchement d’affrontements pouvant mener le Hezbollah, allié de la Syrie, à contrôler l’ensemble du territoire libanais.
• Escalade du terrorisme du PKK en Turquie partant de la Syrie, l’Irak et l’Iran.
• Confrontation militaire entre Turquie et Syrie
• Chaos et perte définitive de tout contrôle sur la situation en Syrie.
Articles définissant la stratégie de destruction définitive de la Syrie

Article 1
Consentement préalable des États-Unis pour un accord de coopération entre les services de renseignement du Qatar et de l’Arabie saoudite d’une part, et une entreprise de sécurité israélo-américaine basée à Genève d’autre part, pour la gestion de l’agression sans que les autres États concernés n’aient à se compromettre par l’envoi de leurs propres troupes. Ceux qui dirigeront les opérations sur le terrain seront des experts à la retraite appliquant l’idéologie d’Al-Qaïda [des centaines d’entre eux sont déjà sur le terrain et des milliers d’autres sont prêts à être envoyés, la plupart relâchés des prisons d’Arabie Saoudite, Irak, Liban, Jordanie, Maghreb…tous sympathisants ou membres d’Al-Qaïda et professionnels de la guérilla ; sans compter les engagés takfiristes qui prétendent se battre au nom du Jihad et qui sont tous aussi rompus à ce type de combats, après avoir participé à ceux vécus en Irak, Tchétchénie, Afghanistan, ou Nahr al-Bared au Liban].
Cette coopération entre dirigeants et exécutants a été menée effectivement sous l’égide du Qatar et de l’Arabie saoudite [telle celle conclue dernièrement entre les Talibans et le Qatar], le tout au titre de la lutte contre l’ennemi commun, autrement dit, contre Bachar al-Assad, son gouvernement, ses partisans en Syrie et dans la région [Iran – Liban- Irak].
Article 2
Les États-Unis, grâce à certains de leurs alliés libanais, se chargeront d’assurer des zones tampons réduites mais suffisantes pour la mise en place de camps de repos et d’entraînement au nord et à l’Est du Liban [avec en particulier un centre de renseignement sous couverture discrète et complaisante de personnalités politiques ou militaires complices, et sous slogan de l’assistance humanitaire aux personnes déplacées].

Article 3
Coopération entre USA, Arabie saoudite, Qatar et Turquie pour l’installation de camps de base réservés aux membres d’Al-Qaïda et de l’opposition syrienne armée, à l’intérieur du territoire irakien et sous la protection des tribus inféodées aux Saoudiens, telles celles de Anbar et du Kurdistan sous les auspices de Massoud Barzani et de son service de renseignement étroitement lié avec Israël.
Article 4
L’Arabie saoudite se charge de pousser à la sédition les tribus restées fidèles au gouvernement ; en particulier à Deir el-Zor, al-jaziré, et autour de Damas en allant vers Homs.
Article 5
L’Arabie saoudite et le Qatar se chargent de financer et d’orienter leurs médias officiels, leurs chaines TV par satellites et celles des opposants syriens dans le but d’élargir le cercle d’influence d’activistes présents en Syrie, en diffusant des rumeurs pouvant mener militaires et agents de sécurité à se désolidariser de leurs autorités respectives. Par ailleurs tous les alliés devront mettre en œuvre un plan média dont l’objectif principal sera de paralyser les différents partisans du Président par une approche adaptée à chacune de leurs catégories et l’exploitation d’agents déjà infiltrés dans leurs rangs, censés créer un état d’esprit défaitiste. Ainsi, le plan média des prochains mois consistera à concentrer les efforts des experts de la Syrie [américains, libanais, saoudiens, et syriens] sur la divulgation de scandales réels ou fabriqués portant sur toutes les composantes institutionnelles autour du Président, sur sa famille, sur les dirigeants de l’armée et des services de sécurité ; pendant que d’autres réseaux d’agents plus discrets travailleront à instiller et à répandre un sentiment de frustration qui devraient conduire à celui du découragement, face à la soi-disant incapacité des autorités civiles et militaires et du Président à régler d’une manière décisive le problème du terrorisme et des prétendus révolutionnaires.
D’ailleurs, ces rumeurs courent déjà : « Le Président n’est pas assez sévère. Pourquoi est-il aussi patient ? Il ne veut pas faire couler le sang des opposants, mais ne voit-il pas l’étendue des massacres ? Se désintéresserait-il de nous ? Cette crise est mal gérée. Pour nous la mort, pour les opposants le pardon. Nos jeunes sont assassinés et bientôt viendra notre tour. Un gouvernement qui n’arrive pas à se protéger lui-même peut-il nous protéger ? Où sont ceux qui ont toujours assuré notre sécurité et pourquoi le Président ne fait plus appel à eux ? Mieux vaudrait un Staline qu’un Bachar ! Le Président pense avoir affaire à des citoyens suisses alors que ce peuple aurait besoin d’un bon coup sur la tête plutôt que de dialogue et de bon discours. Pourquoi ne revêt-il pas son uniforme militaire ? Si Hafez el-Assad était là, l’affaire serait bouclée… ».
D’autres rumeurs répandues par la machinerie médiatique courent plus vite encore :
« Les attentats sont l’œuvre des Moukhabarats [les services syriens de renseignement] ! Le Président est de mèche avec les USA et Israël, sinon l’OTAN serait venue à notre secours. Ce sont les Moukhabarats qui font exploser les voitures dans les quartiers résidentiels pour semer la douleur et la peur et nous pousser à abandonner la révolution… ».
Article 6
L’Arabie saoudite, le Qatar et les USA doivent travailler à libérer des combattants expérimentés détenus dans les prisons de quelques pays de la région.
La Jordanie s’est engagée à exécuter une partie du plan concernant la promesse faite par les Étatsuniens aux Saoudiens, lesquels se sont engagés vis-à-vis d’Al Qaïda à faire libérer, par les Britanniques, l’homme de « rang trois » de cette organisation : Abou Qatada Mohamad Omar Ousman d’origine jordanienne. Les combattants d’Al-Qaïda en Irak et en Syrie le considéreraient comme leur chef religieux et comme un djihadiste de premier ordre. Il serait destiné à devenir « l’Émir du Jihad des pays du Levant », principauté qui débuterait sur n’importe quelles parcelles de terre syrienne libérées par les milices d’Al Qaïda, mieux connues sous le sigle ASL ou [Armée Syrienne Libre], ou le « front de la victoire » [Jabhat el-Nasra], ou n’importe quel autre sigle qu’Abou Qatada voudra bien choisir à son arrivée sur le terrain de la victoire !
Au Liban Elizabeth Dibble assistante de Jeffrey Feltman aurait fait pression sur Wissam el-Hassan [Chef du département des services de renseignement au sein des Forces de Sécurité Intérieures] pour obtenir la libération anticipée de 238 combattants wahabistes fondamentalistes actuellement détenus dans les prisons libanaises au motif qu’ils pourraient bénéficier de la loi de l’année de neuf mois !
Article 7
La Turquie assure la plus grande liberté de mouvement possible aux extrémistes libyens, en particulier leur passage de son territoire vers Edleb et Alep.
Ce qu’elle a indéniablement réussi, notamment en matière d’escalade des attaques armées en Syrie !
Mohamed Khalil al-Roussan
13/05/2012
Article original en arabe en plusieurs épisodes:
http://filkkaisrael.blogspot.fr/2012/05/blog-post_9825.html

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.ca
Informations sur l’auteur données par Arabi-press :
http://www.arabi-press.com/?page=article&id=35890
Les lecteurs sont priés de comparer entre ce qu’a publié Al-Akhbar http://www.al-akhbar.com/node/64510 citant le Washington Post et les informations données par Khalil el-Roussan, que nous avions publiées sur Arabi-press.
Le 29/03/ 2011 Mohamed Khalil Roussan a publié son célèbre article « Plan Bandar ben Sultan pour saboter la Syrie” qui n’avait pas été pris au sérieux ; d’une part, parce que d’auteur inconnu et sans photo disponible laissant supposer qu’il s’agissait du pseudonyme d’une personne qui ne voulait pas assumer la responsabilité de ses écrits ou qui souhaitait protéger ses sources ; d’autre part, parce que le texte était long et détaillé sans aucune preuve à l’appui des allégations qu’il contenait.
Quelques mois plus tard, de nombreux lecteurs, et particulièrement en Syrie, sont revenus sur ce rapport pour constater que les groupes de révolutionnaires, leurs organisations et les États qui les soutiennent l’ont mis en œuvre point par point : sédition armée, mise en place du Conseil National [CNS], détails sur sa direction… Autant d’éléments rapportés par l’auteur dans son descriptif du plan mentionné ci-dessus.
Hier a été publié un nouvel article de Khalil Roussan [ou quel que soit son vrai nom] décrivant un nouveau plan étatsunien rédigé tel un rapport diplomatique avec définitions de comités travail et identification de leurs membres respectifs ; ce qui mériterait lecture et suivi en raison de la vérification de ses précédents écrits. Seront-ils vérifiés une fois de plus ?
Arabi-press a laissé un message sur la seule adresse e-mail connue de l’auteur lui demandant un document qui prouverait la validité de ce qu’il affirme. A l’heure qu’il est, nous n’avons pas reçu de réponse. C’est pourquoi nous avons le droit d’en douter, comme nous avons le droit de laisser le lecteur en juger. Quoi qu’il en soit, nous disons que cet article mérite tout au moins… une lecture.
Directeur de la rédaction d’Arabi-press
02:41:43 14/05/2012